Rapport annuel

RAPPORT DU PRÉSIDENT

Le BSDQ s’est démarqué au cours des dernières années par de hauts niveaux d’activités, de nouveaux sommets en ce qui concerne les projets inscrits et de soumissions reçues, l’introduction de notre Système électronique de soumission, des modifications significatives au Code de soumission, la modernisation de nos systèmes d’affaires et j’en passe. Si 2016 ne s’est pas distingué de façon vraiment percutante, nous avons veillé à ce que tous nos systèmes mis en place récemment fonctionnent comme prévu. Des améliorations ont été apportées et nous pouvons affirmer sans prétention que la machine tourne rondement.

Au terme de ma deuxième année à la présidence du BSDQ, j’ai le plaisir de vous entretenir sur quelques dossiers traités au cours des douze derniers mois.

SUIVI DE LA COMMISSION CHARBONNEAU

La Commission d’enquête sur l’industrie de la construction, communément appelée la Commission Charbonneau, avait à l’époque monopolisé  l’intérêt  médiatique et celui du grand public. Vous vous rappellerez que le BSDQ avait fait connaître son point de vue en soumettant un mémoire sur son origine, son fonctionnement et sur les principales dispositions du Code de soumission et avait formulé des recommandations. Nous avions par la suite été invités à titre d’organisme « d’application » à présenter les grandes lignes de notre mémoire et à éclairer la Commission sur des notions particulières. Au terme de ce long exercice, la Commission a présenté ses conclusions et ses recommandations dans un rapport fort étoffé. Lorsque nous avons pris connaissance des recommandations contenues à ce rapport, nous avons réagi positivement à celle portant sur la création de l'Autorité des marchés publics et sur la présence d’un représentant de l’organisme à titre d’observateur à notre Comité de gestion provincial. Nous l’avons d’ailleurs exprimé publiquement avec l’envoi d’un communiqué de presse et nous avons même modifié notre structure de gouvernance afin d’accueillir d'éventuels observateurs au sein de nos instances.

Le 27 septembre 2016, le BSDQ fut invité à participer aux consultations particulières de la Commission des finances publiques sur le projet de loi 108, Loi favorisant la surveillance de contrats des organismes publics et instituant l’Autorité des marchés publics et à y déposer un mémoire.

En novembre dernier, le BSDQ fut invité à rencontrer un groupe de travail du Conseil du Trésor et du ministère du Travail. Ce groupe désire parfaire sa connaissance sur le fonctionnement de notre organisme et sur ce qui s’est fait depuis 2004 en matière de gouvernance et de règles de fonctionnement, c’est-à-dire depuis le dépôt du Rapport sur le BSDQ qu’avait élaboré la Direction des politiques de la construction et des décrets. Le BSDQ est heureux de cette opportunité qui lui est offerte de démystifier son fonctionnement et de rectifier de fausses informations sur ses règles, véhiculées par certains opposants du BSDQ. Le groupe de travail devrait faire des recommandations au gouvernement au terme de la consultation.

MODIFICATIONS AU CODE DE SOUMISSION

Soulignons d’abord que les règles du Code qui ont introduit les guides de dépôt pour les spécialités « isolation thermique » (autre que mécanique et couverture) et « systèmes intérieurs » sont entrées en vigueur au 1er janvier 2016. Des modifications à l’annexe 1 du Code ont été apportées durant l’année à la suite de demandes formulées par les entrepreneurs des spécialités concernées. Le Comité de gestion provincial a donc autorisé les changements qui suivent.

La spécialité « isolation thermique »  qui n’était plus assujettie au Code de soumission depuis le 8 août 2008 dans les régions de Drummondville et de Trois-Rivières a été réassujettie avec le guide de dépôt le 1er janvier 2016. D’autre part, la spécialité « ciment poli » a cessé d’être assujettie au 16 mars 2016 sur le territoire du BSDQ de Québec et au 13 juillet 2016 sur les territoires du BSDQ des régions de Rimouski, Joliette et Trois-Rivières.

Je tiens à préciser que ces changements qui visaient des spécialités architecturales ont été apportés à la suite de requêtes formulées par l’Association de la construction du Québec au nom de ses affiliées régionales.

NOUVELLE ENTENTE ADMINISTRATIVE

Au terme d’un travail qui s’est échelonné sur plus d’une année, les propriétaires ont adopté le texte d’une Entente qui porte sur les Règles d’organisation et de régie du BSDQ et sur les conventions régissant les Parties.

La réécriture du document était devenue nécessaire en raison des nombreux amendements apportés au fil des ans, des dispositions devenues avec le temps sans objet à éliminer, de la volonté d’officialiser des pratiques comme l’élargissement du rôle du comité de finance, la rotation entre les Parties pour la désignation du président, etc.

L’Entente prévoit par exemple des règles de gouvernance concernant le Comité de gestion provincial et le comité de finance, des mesures plus administratives comme la formule de référence disciplinaire et l’acheminement des rapports d’enquête préparés par le BSDQ à la suite d’une plainte. On y trouve également des dispositions relatives aux montants des indemnités et des allocations payables, au montant exigible des entrepreneurs destinataires et des entrepreneurs soumissionnaires à titre de cotisation annuelle et autres.

PROGRAMME DE COMMUNICATION

Satisfaits des résultats que nous avons connus au cours des trois dernières années et reconnaissant qu’une démarche en communication et marketing requiert un certain temps, nous avons poursuivi nos actions dans ces domaines en développant et appliquant un plan d’action rigoureux.

Les objectifs sont essentiellement demeurés les mêmes puisque leur atteinte ne pouvait  se concrétiser qu’à la suite d’un engagement soutenu. Parmi ceux-ci, notons la volonté de bien faire connaître notre rôle, notre mission et notre raison d’être comme organisme d’application du Code de soumission, d’expliquer le fonctionnement du système ainsi que de mettre en évidence les bénéfices qu’il apporte à tous les intervenants concernés. Enfin, nous nous sommes appliqués à contrer la désinformation à laquelle se prêtent certaines personnes pour discréditer notre système de soumission.

Nous avons choisi de concentrer nos actions auprès de certains groupes en raison  des rôles qu’ils jouent dans la chaîne de réalisation d’un ouvrage de construction. Nous avons donc ciblé les maîtres de l’ouvrage présents dans les secteurs commercial, scolaire et municipal ainsi que les architectes, les ingénieurs et les organismes qui les représentent.

Pour assurer le succès de notre démarche en communication, nous avons eu recours aux outils les plus performants en fonction de nos objectifs et de nos moyens.    L’expérience des années précédentes nous a été fort utile et elle nous a permis d’apporter les ajustements nécessaires en ce qui concerne le choix des véhicules de communication, de la fréquence de leur utilisation et de leur rentabilité établie en fonction de l’atteinte des objectifs, etc.

Parmi les outils du Web, nous avons privilégié le ciblage comportemental et contextuel, AdWords et YouTube. Des placements publicitaires  ont été réalisés dans les magazines de l’industrie de la construction, des ordres professionnels et de regroupements de municipalités. Nous avons été présents sur les sites Web d’organismes pertinents et fourni des articles techniques sur le BSDQ.  Enfin, l’utilisation régulière de LinkedIn nous a permis de joindre un plus grand éventail de notre clientèle.

Le Comité de gestion provincial s'est dit satisfait des résultats obtenus et il a adopté le plan de communication devant s’appliquer en 2017. Ce dernier sera exécuté dans une perspective de continuité et prévoira entre autres la réalisation d’une étude de notoriété sur notre organisation dont les résultats seront pris en compte pour la planification d’actions futures.

REMERCIEMENTS

Ma deuxième année à la barre du BSDQ fut aussi emballante que la première même si les défis n’ont pas été les mêmes. Il faut dire qu’il est facile de se motiver quand on défend des causes et des principes qui nous sont chers. Toutefois, un président ne peut à lui seul accomplir une tâche aussi importante sans l'apport de tous les membres de l’équipe.

Je remercie donc mes confrères du Comité de gestion provincial ainsi que les présidents et la permanence des Parties pour leur engagement et leur temps. Je tiens également à souligner l'excellent travail réalisé par Guy Turcotte, notre directeur général et son groupe d’employés compétents et engagés.

Daniel Côté
Président